Accueil Santé Quels sont les symptômes d’une intolérance au gluten ?

Quels sont les symptômes d’une intolérance au gluten ?

par Manaia

En France, l’intolérance au gluten toucherait une personne sur cent. Soit, près de 600.000 français ! Or, malheureusement, seuls 60.000 d’entre eux en seraient pleinement conscients… L’intolérance au gluten, ou aussi appelée, maladie cœliaque n’est, en effet, pas toujours facile à détecter. Et encore moins, à diagnostiquer ! Après nous être intéressé à l’intolérance au lactose, dans un précédent article, nous nous pencherons ici, plus en profondeur, sur l’intolérance au gluten. Nous verrons, ainsi, ensemble comment elle se manifeste dans le corps ! 

Intolérance au gluten : concrètement, qu’est-ce que c’est ?

La maladie cœliaque, ou plus communément appelée, l’intolérance au gluten, est une maladie auto-immune. Elle se caractérise par une réaction du système immunitaire, à l’ingestion de gluten, une protéine présente dans des céréales, telles que le blé et le seigle. Une fois ingéré, le gluten libère, pendant la digestion, un peptide, à savoir : la gliadine ! La gliadine est, alors, perçu par le corps comme indésirable. Et engendre, par conséquent, une réaction excessive du système immunitaire, de manière à la contrer ! Une telle réaction n’est, malheureusement, pas anodine. Et pour cause, elle entraîne la destruction progressive des villosités, dont sont recouvertes les parois de l’intestin. Et elle empêche, ainsi, par la même occasion, l’absorption optimale des aliments ! 

enfant intolérant au gluten

Intolérance au gluten : comment se manifeste-t-elle ? 

Chez le nourrisson intolérant au gluten

Les premiers symptômes surviennent, souvent, quelques semaines après l’introduction du gluten dans l’alimentation. Un tel changement déclenche, généralement, une diarrhée qui devient peu à peu chronique, et qui se caractérise par des selles abondantes ! Le nouveau-né manque d’appétit, et a aussi tendance à changer de comportement. En effet, bébé se montre moins actif, en cas d’intolérance au gluten. En outre, le poids du nourrisson peut, également, stagner, voire même, diminuer ! La croissance, quant à elle, peut aussi être perturbée.

Chez l’enfant intolérant au gluten

Chez l’enfant, deux sortes de symptômes se distinguent, généralement, à savoir : 

  • Perturbations digestives : il peut s’agir, entre autres, de diarrhée chronique ou intermittente, de nausées et vomissements, et/ou d’un manque d’appétit. Parfois, l’enfant peut souffrir de maux de ventre récurrents, ou bien d’un météorisme, causé par l’accumulation de gaz intestinaux. 
  • Manifestations non digestives : une perte de poids et/ou un retard de croissance peuvent, notamment, être observés. L’intolérance au gluten se manifeste, parfois, par une fatigue chronique, ou encore, une irritabilité. Une anémie par carence en fer peut aussi, dans certains cas, être à déplorer. Un retard dans le déclenchement de la puberté, une aménorrhée, des aphtes récidivants, ou encore, une dermatite herpétiforme, peuvent être, également, causés par la maladie cœliaque. 

Chez l’adulte intolérant au gluten

Comme chez l’enfant, deux sortes de manifestations se distinguent, généralement, chez l’adulte, à savoir :

  • Symptômes digestifs : la diarrhée chronique est, sans aucun doute, la manifestation la plus courante. Toutefois, une constipation peut parfois survenir. Si tel est le cas, des laxatifs naturels seront alors sûrement utiles ! L’individu intolérant au gluten peut, aussi, souffrir de douleurs abdominales, ou de ballonnements, couplés à des flatulences. Pire encore, il peut avoir tendance à perdre du poids  !
  • Perturbations non digestives : si l’intolérance n’est pas détectée précocement, d’autres symptômes peuvent alors se manifester. Une fatigue prolongée est l’un des signes les plus frappants ! En outre, la maladie cœliaque peut entraîner une anémie par carence en fer, ou bien, en vitamine B9 (acide folique). Elle peut aussi être à l’origine d’aphtes récidivants, d’une dermatite herpétiforme, voire même, d’une fracture par ostéoporose. Par ailleurs, l’intolérance au gluten peut contribuer à une stérilité inexpliquée, ou à une neuropathie périphérique. 

Intolérance au gluten : comment obtenir un diagnostic ?

Une prise de sang est requise pour poser un diagnostic sur l’intolérance au gluten. Entre autres, elle permet, non seulement, de rechercher des anticorps transglutaminase tissulaire, de classes IgA et IgG. Mais aussi, de détecter des anticorps anti-endomysium de classe IgA ! S’ils sont absents de la prise de sang, l’intolérance au gluten est peu probable. À l’inverse, s’ils sont présents, l’hypothèse d’une maladie cœliaque est alors renforcée !

Une biopsie de l’intestin grêle est, bien souvent, nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Un tel examen consiste, principalement, à prélever des fragments de tissu, au niveau de la partie de l’intestin grêle, la plus proche de l’estomac. Il se réalise lors d’une endoscopie digestive haute, par la bouche, sans anesthésie générale chez l’adulte. Par contre, il s’effectue sous anesthésie générale chez l’enfant ! L’analyse des prélèvements visent, essentiellement, à déceler de potentielles lésions sur la paroi interne de l’intestin grêle.

Toutefois, faire une biopsie de l’intestin grêle n’est pas toujours nécessaire ! En particulier, si les symptômes de la maladie sont très présents, que les anticorps spécifiques sont élevés et que le groupe HLA est typique. Une fois le diagnostic posé, un bilan complémentaire est alors préconisé !

pâtes sans gluten

Intolérance au gluten : comment évolue la maladie ?

En l’absence de régime sans gluten, à long terme, la maladie cœliaque expose à des risques élevées de : 

  • Ostéoporose;
  • Cancers du tube digestif, tels que le lymphome intestinal ou l’adénocarcinome de l’intestin grêle;
  • Stérilité;
  • Cancer du foie, ou des voies aérodigestives supérieures.

À contrario, l’adoption d’un régime sans gluten permet la diminution, non seulement, des symptômes, en quelques semaines. Mais également, des anticorps, au bout d’environ une année ! Il permet, par la même occasion, de mieux digérer naturellement et de guérir les tissus intestinaux endommagés. Et par-dessus tout, il réduit, considérablement, les risques de complications ! Au passage, notez que les intolérants au gluten peuvent, tout à fait, se tourner vers un régime paléo, qui ne contient, en principe, aucune céréale.  

Prenez soin de vous et de votre santé, 

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire

quinze + huit =