Accueil Santé Régime paléo : tout ce qu’il faut savoir !

Régime paléo : tout ce qu’il faut savoir !

par Manaia

Le régime paléo, ou paléolithique, est au centre de l’intérêt, depuis maintenant plusieurs années. Il vise principalement à adopter une alimentation similaire à celle de nos ancêtres, de manière à respecter les besoins physiologiques de l’organisme. Et donc, par la même occasion, de l’aider à fonctionner de manière optimale ! 

Très prisé dans les dynamiques de perte de poids, le régime paléo permettrait, aussi, un regain d’énergie. Et par-dessus tout, une amélioration de l’état de santé, dans sa globalité ! Zoom sur le régime paléolithique, ou de nos ancêtres, qui promet, sur le papier, de multiples bienfaits. 

Régime paléo: qu’est-ce que c’est ?

Popularisé en 1985, par le Dr S. Boyd Eaton, le régime paléolithique vise à revenir à l’alimentation de nos ancêtres. Plus précisément, avant l’ère industrielle ! En théorie, l’alimentation paléo serait, en effet, plus adaptée à nos besoins physiologiques. Par conséquent, elle permettrait, non seulement, à l’organisme de fonctionner de façon optimale. Mais aussi et surtout, améliorerait de manière significative, les capacités physiques et intellectuelles

Régime paléo: en quoi ça consiste concrètement ?

Avant tout, le régime paléo cherche à imiter les habitudes alimentaires datant du paléolithique. Il repose, ainsi, sur une alimentation riche en protéines animales et en produits végétaux

Contrairement à d’autres diètes, le régime paléo ne se base pas sur le comptage de calories. En effet, il n’existe aucun grammage fixe à respecter ! Il est donc d’autant plus important de porter, une attention toute particulière, aux différentes sensations de faim et de satiété

Quels sont les aliments autorisés ?

L’alimentation, au sein d’un régime paléo, se veut naturelle et non transformée. Elle doit, ainsi, comporter les aliments suivants:

  • Protéines animales: une telle diète repose, principalement, sur des produits provenant d’animaux, en liberté ou issus de l’agriculture biologique, alimentés sans OGM. Les sources de protéines animales, au sein d’un régime paléo, sont plutôt variées. En effet, il est possible de consommer des aliments, tels que de la viande maigre, de la volaille, du poisson, des œufs ou encore des fruits de mer. 
  • Fruits et légumes: les végétaux, au sein d’un tel régime, doivent être, non seulement, de saison. Mais aussi, issus de l’agriculture biologique,ou au moins les plus naturelles possible. Les fruits et légumes apportent à la fois des glucides, des fibres, des vitamines, et également, des minéraux, tels que le zinc
  • Oléagineux: Les noix, noisettes, amandes, ou encore graines, font aussi parties intégrantes du régime paléolithique. De tels aliments peuvent être consommés, soit bruts, soit sous formes d’huiles, à condition que celles-ci soient vierges et non raffinées. Les oléagineux permettent un excellent apport en acide gras, ainsi qu’en vitamines, telles que la vitamine D3. Au passage, notez que l’huile d’olive d’olive, de coco et d’avocat sont autorisés dans le régime paléo.
  • Herbes et aromates: l’ail, le poivre, la coriandre, le persil, l’échalote, le basilic, le curcuma, le gingembre, le romarin, ou encore, la muscade… peuvent très bien s’intégrer à un régime paléo ! Le sel peut lui aussi en faire partie, toutefois, avec modération.
aliments autorisés dans le régime paléo

Quels sont les aliments interdits ?

Le régime paléo se veut quelque peu restrictif, et exclut des aliments tels que:

  • Toutes les céréales: qu’elles soient complètes ou non. Autrement dit, vous ne pourrez consommer ni pâte, ni riz, mais aussi, aucune préparation à base de farine ! 
  • Légumineuses: quand bien même elles proviendraient de l’agriculture biologique.
  • Tubercules: tels la pomme de terre et la patate douce, sont également à proscrire du régime paléo.
  • Produits laitiers: toutefois, une variante du régime paléo, appelée «régime primal» inclut certains produits laitiers en petite quantité. Tels que, notamment des fromages au lait cru ! 
  • Sucre
  • Produits transformés et ultra-transformés: les pâtisseries et confiseries, la charcuterie, la margarine, les graisses hydrogénées, et même, les jus de fruits et légumes industriels sont à bannir au sein d’un régime paléo. 
femme tenant une pomme et un donuts

Régime paléo: les raisons de l’adopter (ou non) ! 

Bienfaits 

Nombreux sont les objectifs qui peuvent être atteints, grâce au régime paléolithique. En effet, celui-ci favorise, entre autres, la perte de poids et la prise de masse musculaire pour les sportifs. De plus, une telle diète alimentaire permet, également, une nette amélioration de la santé globale. Et surtout, une réduction significative de la fatigue !

Le régime paléo peut s’avérer utile pour réduire des problèmes de digestion, ou encore, des reflux d’acidité. Il peut, aussi, se montrer efficace pour dégager des sinus bouchés, et pour faire disparaître des raideurs matinales. Une telle diète alimentaire permettrait une prévention supposée contre plusieurs maladies, dont le diabète type 2, ou encore, l’hypertension. Enfin, le régime paléo permettrait, également, de soulager certaines pathologies auto-immunes, telles que l’arthrite rhumatoïde, ou bien, la dermatite herpétiforme.  

Risques et limites

Le régime paléolithique a des limites, et surtout peut comporter des risques. Une telle alimentation peut, tout d’abord, causer une augmentation du taux de cholestérol. Et parfois, même, entraîner l’apparition de certaines maladies cardiovasculaires ! En effet, certaines viandes mal choisies et consommées trop fréquemment, peuvent être à l’origine de telles problématiques ! Les viandes rouges sont, d’ailleurs, bien souvent responsables de la survenue de cancers digestifs.

Très restrictif, le régime paléo peut également être source de carences nutritionnelles, notamment en vitamine D. Et parfois, en calcium, si les légumes consommés ne sont pas pas suffisamment diversifiés. Il peut donc, dans certains cas, contraindre à une supplémentation médicamenteuse !

Soulignons aussi, que le régime paléo est plutôt contraignant et possiblement frustrant à long terme. Il est ainsi, difficilement compatible avec une vie sociale active. Pour éviter la lassitude et la monotonie dans l’assiette, il est donc nécessaire de cuisiner et de faire preuve d’imagination ! 

Finalement, que retenir du régime paléo ?

Le régime paléo n’est pas fait pour tout le monde, bien que les bienfaits à en tirer soient nombreux. En effet, une alimentation strictement paléolithique est assez restrictive, et n’est donc pas recommandable à tous. Or, rien ne vous empêche de vous inspirer de quelques principes du régime paléo, comme, par exemple: consommer plus de crudités et éviter, au maximum, les produits sucrés et transformés. Néanmoins, avant d’entamer un tel régime, n’oubliez pas de consulter un professionnel de la nutrition.

Prenez soin de vous et de votre santé,

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire