Accueil Maison Tiny house : tout ce qu’il faut savoir !

Tiny house : tout ce qu’il faut savoir !

par Manaia

Une tiny house est une habitation qui se veut, avant tout, mobile et de taille réduite. Très en vogue depuis quelques années, cet habitat d’un nouveau genre séduit de plus en plus de personnes. Et ce, pour plusieurs raisons ! En effet, la tiny house répond, notamment à un besoin de retour à un mode de vie plus minimaliste, et surtout, plus connecté à la nature. Elle promulgue, par la même occasion, une grande sensation de liberté, de par sa mobilité ! Après nous être intéressés à des éco-constructions, telles que la Kerterre et l’Earthship, nous nous pencherons ici, plus en profondeur, sur les micro-maisons mobiles. Autrement dit, sur les tiny house ! 

Tiny house : origine et concept 

La tiny house est un habitat écologique, dimensionné entre 8 et 20 m², qui présente la singularité d’être mobile. Néanmoins, une mini-maison transportable se distingue, très clairement, du caravaning ! En effet, contrairement à un camping-car ou à une caravane, un mini-habitat mobile dispose d’une conception thermique se rapprochant, fortement, d’une maison traditionnelle.

La tiny house connaît un franc succès depuis, seulement, quelques années, en France. Pourtant, le concept de micro-maison remonte à 2002 ! Jay Shafer et Gregory Johnson furent, d’ailleurs, les pionniers dans le domaine du mini-habitat mobile, en créant la première entreprise «Small House Society». 

La mini-maison transportable semble idéale pour les personnes qui tendent vers un mode de vie plus minimaliste. Et qui plus est, davantage tourné vers le zéro déchet ! Le but de la tiny house n’est d’ailleurs pas d’être transportée quotidiennement, mais bien, occasionnellement. 

Tiny house installée dans la forêt

Tiny house : quels avantages ?

Mobilité

Il s’agit de l’un des points forts de cet habitat léger ! Elle peut, en effet, être installée dans un cadre extraordinaire, puis déplacée, en fonction de l’aventure qui vous appelle. Autrement dit, la tiny house vous offre la possibilité de changer de lieu de vie, en un clin d’œil ! Attention, toutefois, un tel habitat ne peut pas être parqué n’importe où. En effet, vous devrez, d’abord, obtenir une autorisation locale, après quoi vous pourrez stationner pendant 3 mois, à l’endroit donné. 

Autonomie 

L’un des principaux objectifs de la micro-maison mobile est de pouvoir se déplacer n’importe où. Et ce, sans dépendre de quiconque ! Installer des panneaux solaires, par exemple, est idéal pour produire son électricité, et donc par la même occasion, profiter de plus d’indépendance. Tout comme, opter pour des toilettes sèches, plutôt que traditionnelles. Enfin, pour la cuisine et le chauffage, une chaudière à gaz peut, tout à fait, être envisagée.

Si la tiny house ne s’appuie pas sur un modèle d’autoconsommation, la note peut s’avérer salée ! Il sera alors préférable, de trouver un terrain abondant en eau et raccordé à l’électricité, sur lequel l’installer définitivement. 

Aménagement

Le micro-habitat mobile se prête parfaitement à une vie en couple ! Si elle est aménagée ingénieusement, la tiny house peut, en effet, accueillir de nombreux rangements. Évidemment, faire un peu de tri dans ses affaires, en appliquant, par exemple, la méthode Marie Kondo, avant d’emménager, est essentiel. Et ce, même si l’aménagement est optimisé, le mieux possible ! 

Tiny house : quels inconvénients ? 

Manque d’espace

Si la vie de couple est envisageable en mini-maison, la vie de famille, quant à elle, l’est beaucoup moins ! En effet, celles et ceux qui ont déjà un foyer, ou rêvent de fonder une famille en tiny house, risquent vite de se confronter à un bon nombre de désillusions. En soi, vivre en famille en mini-habitat mobile n’est pas impossible, mais demande, toutefois, de savoir faire des sacrifices et des concessions.

Dimensions limitées par le poids maximum

Le poids de la tiny house est réglementé, et ne doit pas dépasser 3,5 tonnes. Or, le poids d’un plateau remorque à vide, de taille raisonnable, atteint facilement 500 kg, voire même, plus ! De ce fait, plus le plateau remorque est lourd, plus le poids de la structure devra être revu à la baisse.  

En parlant de la structure, le matériau le plus utilisé pour la fabriquer est le bois. Et pour cause, le bois est un matériau qui offre une bonne performance thermique, et est facile à aménager. Toutefois, il reste relativement lourd, et requiert un entretien régulier ! Les équipements, tels que les électroménagers, ont également une grande importance dans l’aménagement. En effet, ils pèsent bel et bien sur la balance, et par conséquent, ne doivent pas être trop imposants ! 

Enfin, si la tiny house a vocation à être déplacée, pensez à respecter la limite des gabarits routiers classiques, qui est la suivante : 

  • Largeur : elle doit être inférieure à 2m55 
  • Hauteur : elle doit être inférieure à 4m, pour parcourir toutes les routes d’Europe.
  • Longueur : elle doit être inférieure à 18m (remorque comprise), dont 12m pour la remorque (hors timon)

Robustesse

La solidité de la tiny house sur le long terme laisse, quelque peu, à désirer ! Toutefois, il reste encore difficile de juger précisément de la robustesse d’un tel habitat, compte tenu du peu de recul sur le sujet. 

Plusieurs facteurs peuvent entraîner la dégradation, plus ou moins rapide, d’une mini-maison mobile. À commencer par les routes, qui peuvent s’avérer escarpées, selon l’endroit dans lequel vous circulez. Ainsi, si vous prévoyez de beaucoup la déplacer, ne lésinez pas sur le choix du plateau de la remorque et des matériaux

Traction compliquée, voire, impossible 

En théorie, une tiny house peut être facilement déplacée, mais qu’en est-il concrètement ? 

D’abord, sachez que vous devrez être titulaire, non seulement, du permis B+, mais également, du permis BE. En effet, si votre mini-maison mobile pèse 3,5 tonnes, le permis BE vous sera forcément indispensable ! En outre, les dimensions imposantes de l’habitation peuvent, également, être un frein pour la transporter, en toute facilité et tranquillité.

Stationnement 

La loi ne permet absolument pas de stationner une tiny house n’importe où, bien que d’autres disent le contraire ! En effet, le droit de l’urbanisme impose une déclaration préalable pour quelconque stationnement, de plus de 3 mois, seulement si le Plan Local d’Urbanisme le prévoit. 

Pour poser une tiny house sur un terrain privé, vous devrez alors vous référer au droit commun. Ainsi, vous devrez, préalablement, soit effectuer une déclaration pour les habitations de moins de 20 m². Soit, obtenir un permis de construire, si le projet de micro-maison est supérieur à 20 m². 

Tiny house déplacée près d'un lac

Tiny house : combien ça coûte ? 

Pour une tiny house neuve, fabriquée par un artisan français, prévoyez entre 30.000 et 65.000 € clé en main. D’occasion, une micro-maison est, certes, moins coûteuse, mais vous ne comptez pas réaliser plus de 15% d’économies ! L’option la moins onéreuse reste, évidemment, l’auto-construction. En auto-construction, comptez tout de même, au minimum, 20.000 € !

Finalement, faut-il céder à la mode des tiny house ?

Acheter une tiny house est un investissement, auquel il faut longuement réfléchir ! C’est pourquoi, je ne vous recommande pas de succomber à la mode, juste après avoir lu quelques articles sur le sujet. Le principe de la micro-maison mobile fait, en effet, rêver sur le papier. Mais la réalité, comme nous l’avons vu, peut parfois être tout autre ! 

Prenez soin de vous et de la planète;

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire

deux × deux =