Accueil MaisonTravaux et rénovation Terre-paille : tout ce qu’il faut savoir !

Terre-paille : tout ce qu’il faut savoir !

par Manaia

Le terre-paille est un matériau totalement naturel, utilisé dans de nombreuses éco-constructions. Il se retrouve, notamment, dans des bâtiments écologiques construits en kerterre, en superadobe, ou encore, en earthship. Les usages du terre-paille sont loin d’être limités ! Il peut être, entre autres, utilisé en revêtement, ou bien, en remplissage d’une ossature en bois. Dans cet article, nous nous pencherons, plus en détails, sur le terre-paille, un matériau de construction, non seulement écologique. Mais aussi et surtout, économique ! 

Terre-paille : origine et définition 

Le terre-paille est apparu, tout d’abord, en Allemagne, au cours de la première guerre mondiale. Il vit le jour suite au besoin de reconstruire les maisons détruites, à prix réduit. Après la deuxième guerre mondiale, le terre-paille fut, d’ailleurs, adopté et utilisé pour réhabiliter plusieurs pays d’Europe !

Le mélange terre-paille est, comme l’indique son nom, réalisé à partir de terre et de paille. Il remporte un franc succès, depuis quelques années, grâce à la démocratisation des techniques de constructions alternatives. En effet, de nombreuses personnes souhaitent, désormais, se tourner vers un mode de vie plus écologique. Et se reconnecter à la nature, par la même occasion ! 

Le terre-paille est une technique d’éco-construction, qui mêle écologie et confort. Avant tout, sachez qu’un tel mélange ne permet pas de réaliser des murs porteurs ! En effet, il permet, entre autres, de remplir des ossatures en bois, pour réaliser des clos. Et peut, aussi, être utilisé, en tant que revêtement, pour couvrir des murs ! Un tel mélange se compose, à 80% de paille et à 20% de terre argileuse. Une fois appliqué, le terre-paille peut, tout à fait, être recouvert d’enduit, pour résister à l’eau de pluie. 

mur réalisé en terre-paille

Terre-paille : comment le mettre en œuvre ?

Technique banchée

Le mélange terre-paille est principalement banchée. Autrement dit, il est déposé en couches, entre deux plaques de bois vissées, à l’extérieur et à l’intérieur de l’ossature, tel un coffrage. Une fois dans les banches, le terre-paille est alors compacté manuellement ou à l’aide d’un pilon. Le compactage doit être, correctement, réalisé pour permettre à tous les brins de paille de s’unir entre eux. La barbotine d’argile fait office de liant, pour apporter une cohésion entre les brins et rigidifier l’ensemble ! 

Torchis

Le torchis est à la fois un matériau et une technique ! En tant que matériau, le torchis est un mélange constitué de terre argilo-limoneuse, de fibres végétales et d’eau. Concernant les fibres végétales, il s’agit, souvent, de paille ! Il se prépare traditionnellement par piétinement, et s’insère entre et autour de l’ossature en bois, qui sert de structure d’accroche. Cette dernière, peut être composée, soit d’un lattage, d’un barreaudage ou d’un tressage. 

La technique du torchis, quant à elle, consiste à remplir une structure porteuse en bois, appelée le pan de bois ou le colombage. 

Technique préfabriquée 

Il s’agit d’une technique, consistant à pré fabriquer des briques de terre et de paille, compressées de 15 à 20 cm d’épaisseur. Une fois sèches, les briques sont, ensuite, maçonnées contre la surface à habiller. La réussite d’une telle technique repose, principalement, sur la terre utilisée ! En effet, la terre que vous utiliserez doit, impérativement, être suffisamment argileuse, de manière à lier les brins de paille entre eux. La paille faisant office de charge, je vous recommande donc de vous tourner vers une argile pauvre en sable et en gravier ! 

Au passage, notez que le terre-paille préfabriqué s’emploie, de la même manière, pour réaliser des murs et des cloisons intérieures.

briques fabriquées en terre-paille

Terre-paille : quels avantages ?

Isolation thermique 

Le terre-paille est à la fois riche en paille et aéré. Il génère, par conséquent, une excellente isolation thermique  ! La technique banchée permet, ainsi, d’apporter une isolation, directement, à la structure du mur. 

Toutefois, la capacité isolante du terre-paille se limite à l’épaisseur maximale du mur ! En effet, si le mur s’avère être trop épais, il ne séchera pas totalement. Or, si le mur ne sèche pas correctement, il engendrera, non seulement, de la fermentation. Mais aussi, le pourrissement de la paille ! C’est pourquoi, il est conseillé de réaliser la mise en œuvre, en période estivale. Et surtout, de ne pas dépasser, une épaisseur de 30 cm, par mur ! 

Isolation phonique 

Le terre-paille est un éco-matériau qui, de par sa composition fibreuse, restitue brillamment l’effet de masse-ressort-masse, propre à une isolation phonique efficace. En cloison, un tel mélange vous permettra de dire adieu à la pollution sonore, et bonjour à la tranquillité  !

Inertie thermique 

Le terre-paille ne présente pas de déficit d’inertie, contrairement à la construction en bottes de paille. Et pour cause, la terre crue représente une excellente masse inertielle. La terre, une fois, combinée à la paille, fait donc face, sans difficulté, aux canicules estivales ! En hiver, à l’inverse, le terre-paille emmagasine la chaleur et la restitue, offrant ainsi une ambiance thermique agréable à la pièce de vie. 

Finalement, que retenir du terre-paille ? 

Le terre-paille est un matériau écologique et économique, dont les qualités ne sont plus à démontrer ! Si le terrain de construction est, suffisamment, argileux, pensez à recycler la terre du terrassement, et à l’utiliser dans votre éco-construction. Concernant la paille, tournez-vous plutôt vers des exploitations agricoles locales, qui proposent, bien souvent, des tarifs avantageux. Finalement, l’eau sera, probablement, ce qui vous coûtera le plus cher, pour construire en terre-paille ! 

Prenez soin de vous et de la planète,

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire

dix-huit − 9 =