Accueil Écologie Traçabilité des vêtements : comment l’améliorer ?

Traçabilité des vêtements : comment l’améliorer ?

par Corentin

Les vêtements constituent des objets que nous utilisons tous les jours sans connaitre leur provenance ou leur composition. Il nous est également difficile de déterminer le trajet suivi par ces vêtements jusqu’au moment de l’achat. Cette situation est inquiétante, car tout comme la nourriture, les vêtements peuvent nuire à notre santé. En effet, ils peuvent être fabriqués avec des produits nuisibles ou impropres pour la peau. Dans ce cas, il est important d’adopter des mesures concrètes afin d’améliorer la traçabilité des vêtements.

Pourquoi faut-il vérifier l’origine des produits textiles

Il est important d’avoir des informations claires sur les produits que nous mangeons. Il est également nécessaire de connaitre ce qu’on porte. Ainsi, vous avez la possibilité d’éviter des maladies très graves. Il s’agit d’un enjeu de santé publique.

Il existe des plateformes comme https://footbridge-impact.com/ qui aide à analyser le cycle de vie des produits textiles.

Toutefois, il faut noter que l’origine des produits textiles n’est pas encore un critère pertinent qui conditionne l’achat des vêtements. Néanmoins, il s’agit d’une question qui est évoquée, car l’aspect sanitaire est très important. Rappelons que le secteur textile fabrique des produits que nous portons directement sur la peau. Il est donc important de connaitre l’origine de ce que nous portons.

Quelles sont les solutions adéquates pour améliorer la traçabilité des vêtements ?

Cette mission peut se révéler assez complexe lorsqu’on ne dispose pas des solutions adaptées.

Le recours à la blockchain

L’une des astuces qui existent pour améliorer la traçabilité des vêtements est l’utilisation de la blockchain. Il s’agit d’une technologie de stockage décentralisée d’informations. De ce fait, elle constitue une alternative fiable pour suivre avec précision la chaine d’approvisionnement. De plus, la blockchain facilite un partage des informations de manière transparente et rapide. Notons également que le mode de fonctionnement de la blockchain n’implique pas l’intervention d’un organe de contrôle.

Toutefois, on observe une certaine collaboration des différents acteurs de plusieurs secteurs.

une veste avec une étiquette vierge

Il faut rappeler qu’une grande partie des entreprises ont pour habitude de saisir des données liées à leurs activités sur un logiciel sécurisé ou sur une plateforme. Toutes ces informations sont par la suite accessibles par l’intermédiaire d’une application.

Ainsi, le consommateur a la possibilité d’obtenir ces données en scannant le code-barres du produit qu’il souhaite acheter. Ce faisant, le potentiel acheteur peut obtenir un historique complet du vêtement. Par conséquent, le fabricant lui donne la possibilité de choisir le produit qui lui convient en tenant compte des facteurs éthiques ou de l’absence d’éléments chimiques. Ce mode de fonctionnement permet d’éviter les fraudes, car la blockchain est inviolable. Par conséquent, toute tentative de modification d’une information provenant de la blockchain sera signalée aux autres acteurs du secteur.

L’utilisation de la blockchain est un excellent moyen pour obtenir des informations fiables liées à la traçabilité des produits mis en vente. Cela permet également d’obtenir une cartographie réelle des différentes étapes du cycle de production. En outre, la blockchain est une astuce qui permet de favoriser la renaissance des rapports de confiance qui existaient entre les différents acteurs.

Toutefois, les informations mises à disposition par le fabricant ne sont pas contrôlées ou vérifiées par un organe indépendant. De ce fait, la fiabilité de ces données est parfois remise en question. On peut quand même présumer de la bonne volonté de la grande majorité des fabricants de l’industrie textile. De plus, la transparence est parfois un critère qui permet de réaliser des ventes.

En restant dans le domaine du numérique, il existe par exemple Footbridge qui est une plateforme d’analyse de cycle de vie des produits textiles. Ils travaillent avec de grandes marques de création de vêtements pour permettre au client final d’avoir une transparence complète sur la fabrication des produits (impact environnemental, pollution).

L’utilisation des biomarqueurs

Les biomarqueurs peuvent être utilisés dans le domaine du textile afin de marquer les produits fabriqués. Pour réaliser cette opération, il suffit de pulvériser le biomarqueur à chaque étape du processus de fabrication.

Rappelons que le biomarqueur est un ADN artificiel qui peut être utilisé dans les champs de coton, les usines de filage ou les ateliers textiles. Par ailleurs, il est très résistant et non toxique pour l’organisme. De plus, il provient souvent de fruits ou de légumes. Il peut également être fabriqué de manière artificielle. Ensuite, le biomarqueur est introduit dans des nanosphères pour faciliter la pulvérisation sur des produits tels que le textile, les produits alimentaires ou les pierres précieuses.

L’utilisation des biomarqueurs permet d’effectuer des contrôles à n’importe quel moment, car les traces d’ADN ne disparaissent pas rapidement. Ainsi, vous pourrez aisément établir la filiation d’un produit.

L’instauration des contrôles locaux

Outre les solutions numériques, il est également possible d’effectuer des opérations de contrôle sur le plan local. Ces vérifications peuvent avoir lieu chaque année. Ainsi, on pourra s’assurer du fait que les partenaires-fabricants des marques respectent les normes en vigueur.

Pour réaliser ces différents contrôles, il suffit de faire appel aux acteurs tels que les audits sociaux ou les labels. Ces derniers devront envoyer plusieurs équipes sur le terrain afin de vérifier les conditions de travail des différents salariés. Les associations et les ONG peuvent également remplir ce rôle sans grande difficulté.

Toujours dans le but d’améliorer la traçabilité, nous recommandons également aux grandes entreprises d’acheter la matière première qui sera ensuite confiée aux sociétés textiles pour une transformation. En effet, l’achat d’un produit fini ne permet pas d’avoir un historique précis de toutes les étapes de la production.

Pour finir, les géants du textile peuvent apporter leur contribution à cette lutte pour une meilleure traçabilité en imposant des conditions générales de vente aux marques et aux fournisseurs.

L’adoption du standard textile

Dans le but d’améliorer la traçabilité, les entreprises du domaine textile ont la possibilité d’adopter le standard textile. Il s’agit d’une norme qui permet aux entreprises d’apporter des modifications significatives au sein de leur organisation.

Le standard textile vise l’amélioration des conditions de travail et le renforcement du droit des travailleurs du secteur textile. Notamment concernant la fast fashion. Il faut préciser que tous les acteurs de la chaine d’approvisionnement sont pris en compte. Cette norme porte en particulier sur les conditions de travail, le salaire vital ou encore le droit des travailleurs.

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire

quatre × trois =