Accueil Maison Piscine naturelle : tout ce qu’il faut savoir !

Piscine naturelle : tout ce qu’il faut savoir !

par Manaia

Opter pour une piscine naturelle, plutôt que chlorée, présente de nombreux avantages. En effet, une piscine biologique, non seulement, agresse moins la peau des nageurs. Ainsi, les personnes souffrant de problèmes de peau, tels que l’eczéma, ne peuvent que profiter davantage des baignades. Mais aussi et surtout, une piscine naturelle respecte plus l’environnement ! 

En outre, la piscine naturelle requiert moins d’entretien, et permet donc sur le long terme, de réaliser de sacrées économies ! Dans cet article, nous nous pencherons, justement, plus en détail sur la piscine biologique. Une piscine qui se veut écologique, et qui se fond à merveille dans un décor naturel !

personne qui trempe les mains dans une piscine naturelle

Piscine naturelle : qu’est-ce que c’est ? 

Contrairement à des piscines traditionnelles, la piscine naturelle repose sur un modèle d‘auto-épuration. Autrement dit, elle est aménagée, de sorte à pouvoir s’auto-épurer, sans avoir besoin de produit chimique ! Pour ce faire, elle s’appuie sur un procédé d’aménagement, qui se calque sur le modèle d’auto-épuration des écosystèmes aquatiques. Elle s’inscrit par conséquent, parfaitement, dans une démarche de rénovation écologique

Est-elle soumise à des réglementations ?

Au total, trois démarches administratives sont à effectuer, pour construire une piscine biologique, à savoir :

  • 1ère étape : il s’agit, avant tout, de vérifier la faisabilité du projet. Pour ce faire, vous devrez, tout d’abord, vous rendre à la mairie ou à la préfecture, pour récupérer un plan local d’urbanisme (PLU). Après quoi, vous serez en mesure de vérifier que le terrain, sur lequel vous souhaitez construire la piscine naturelle, est bel et bien constructible. De plus, vous devrez vous assurer que la commune n’impose aucune restriction, dans le cadre de la sauvegarde du patrimoine. 
  • 2ème étape : si le projet est bel et bien réalisable, vous pourrez alors vous rendre à la mairie, pour effectuer une déclaration de travaux. Au passage, notez que la déclaration de travaux est obligatoire, seulement, pour les piscines biologiques de 10 m2 à 100 m2.
  • 3ème étape : il s’agit de demander un permis de construire. Un permis de construire est, en effet, obligatoire pour les piscines naturelles de plus de 100 m2 et de plus de 2m de profondeur. 

Contrairement aux piscines chlorées, la piscine naturelle n’est pas soumise aux contrôles sanitaires et aux normes d’hygiène imposées par la DDASS. À condition, bien-sûr, qu’elle soit destinée à un usage privé. En prime, le bassin naturel n’est ni soumis à des règles de sécurité, ni à l’imposition !

nénuphars dans piscine naturelle

Piscine naturelle : comment fonctionne-t-elle concrètement ?

La piscine biologique se décompose en deux, voire, trois zones interdépendantes, qui sont les suivantes :

  • Zone de baignade : il s’agit du bassin central ! Il est plus grand et plus profond que les autres zones qui composent la piscine naturelle. Le bassin central représente, généralement, environ ⅓ de la surface totale de la piscine. 
  • Zone de régénération/lagunage : il s’agit de la surface dans laquelle des plantes aquatiques sont plantées, de manière à assurer la filtration et l’épuration de l’eau du bassin central. Elle peut, également, accueillir des plantes décoratives. La zone de régénération est moins profonde que le bassin central, tous deux restent, néanmoins, communicants ! 
  • Zone d’oxygénation et de désinfection : elle est facultative et sert à compléter le bassin central et la zone de lagunage. Elle peut s’avérer très utile, malgré qu’elle soit optionnelle. En effet, une telle zone est, notamment, idéale pour maintenir une bonne hygiène dans la piscine naturelle.  
roseaux dans piscine biologique

Piscine naturelle : pourquoi l’adopter?

Absence de chlore

Le premier atout de la piscine biologique, et pas des moindres, est l’absence totale de substances chimiques. Et notamment, de chlore ! Nombreux sont les désagréments causés par les produits de traitement destinés à l’eau des piscines. En effet, ils entraînent, notamment,  l’irritation des yeux, de la gorge, des muqueuses nasales, ainsi que, des voies respiratoires. Le chlore est, particulièrement, pointé du doigt, car il favoriserait, non seulement, l’asthme. Mais également, pire encore, certains cancers !

Entretien simplifié

Les coûts d’entretien d’une piscine biologique sont, largement, inférieurs à ceux d’une piscine traditionnelle. Entre l’achat de produits chimiques, le chauffage et l’utilisation massive d’eau, la piscine conventionnelle peut, en effet, mettre à mal rapidement le porte-monnaie ! 

La piscine naturelle permet, ainsi, de réaliser de sacrées économies. En effet, vous n’aurez ni à acheter des produits chimiques, tels que du chlore, ni à la chauffer. En prime, la piscine biologique consomme, nettement, moins d’eau que la piscine conventionnelle. 

Aspect esthétique 

La piscine écologique se fond, parfaitement, à l’environnement naturel. Elle peut, d’ailleurs, être, une excellente source de biodiversité, en entrant en symbiose avec la faune et la flore. Elle peut, notamment, attirer les oiseaux à venir près de chez vous, mais aussi, les libellules ou encore les papillons ! 

Une piscine naturelle ne sert donc pas, seulement, à se rafraîchir et à faire quelques longueurs ! En effet, elle s’impose, également, comme un lieu où la biodiversité locale peut s’épanouir librement. Et dans lequel l’humain peut se détendre, et ainsi, lutter contre le stress et l’anxiété.

Piscine naturelle : combien coûte-t-elle ? 

Une piscine biologique est plus coûteuse à l’achat, qu’une piscine conventionnelle traitée au chlore. Pour construire, vous-même, une piscine naturelle de 100 m2, prévoyez, en moyenne, 30’000 euros ! Par contre, si vous passez par un artisan, comptez plutôt entre 50’000 et 60’000 euros.

Une fois la piscine écologique construite, d’autres frais annexes sont à prévoir. Pour une piscine biologique de 100 m2, comptez à peu près 400 € par an, pour entretenir l’eau, les plantes et maintenir l’eau à bonne température ! Enfin, il est, également, nécessaire de remplacer l’eau qui s’évapore naturellement (entre 40 et 60 m3 par an).

Finalement, que retenir de la piscine naturelle ?

La piscine naturelle, ou biologique, est un geste écologique, qui s’inscrit dans un éco-comportement. Elle présente de nombreux avantages, et n’a finalement que très peu d’inconvénients, mis à part son coût. En effet, la piscine naturelle permet, non seulement, de prendre davantage soin de nous. Mais aussi, de la faune et de la flore, et plus globalement, de la planète ! 

Prenez soin de vous et de planète,

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire

cinq − 4 =