Accueil Bien-êtreCBD Marijuana, chanvre et CBD : Quelle différence ?

Marijuana, chanvre et CBD : Quelle différence ?

par Corentin

Bien que de nombreux adultes soutiennent la légalisation du cannabis, la compréhension de la marijuana par le public est limitée. Selon un rapport récent,  la plupart des consommateurs sont mal informés sur le cannabis et ses dérivés. Par exemple, une personne sur trois considère que la marijuana et le chanvre sont la même plante. En outre, certains internautes se demandent souvent si la consommation de CBD provoque une défonce en raison de la présence d’un dérivé du cannabis..

Annonce

Bien que la marijuana, le chanvre et le CBD soient tous liés, ils diffèrent sur certains points essentiels. Ce guide couvre les aspects juridiques, les effets et les avantages potentiels du cannabis pour la santé.

Les produits du CBD disponibles dans le commerce

Les produits à base de CBD se présentent sous diverses formes, notamment des huiles, des teintures et des aliments. Bien que les gens confondent souvent « teinture de CBD » et « huile de CBD », ces produits sont différents. En effet, les teintures sont obtenues après trempage du cannabis dans de l’alcool, et les huiles utilisent une huile de support pour suspendre le CBD, comme l’huile de coco ou d’olive.

Comme tous les autres cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes ont été éliminés, l’isolat de CBD est également connu sous le nom de CBD pur. Le CBD à large spectre contient, au minimum, ces substances supplémentaires, mais pas de THC. Le CBD à spectre complet est comparable au CBD à large spectre, sauf que la teneur en THC peut atteindre 0,3 %.

Annonce

L’huile de CBD se distingue de l’huile de chanvre par le fait qu’elle est obtenue en pressant les fleurs de la plante de cannabis plutôt que ses graines. De plus, l’huile de CBD contient du cannabidiol actif alors que l’huile de chanvre n’en contient pas. Par conséquent, on pourrait considérer l’huile de CBD comme un supplément nutritionnel semblable à l’huile de poisson, tandis que l’huile de chanvre conviendrait mieux comme ingrédient de cuisine en raison de sa composition en acides gras essentiels.

Le chanvre, la marijuana et les cannabanoïdes

Bien que le chanvre et la marijuana soient tous deux des plantes de l’espèce Cannabis sativa, ils semblent très distincts. En effet, il existe des variations au sein d’une même espèce, comme dans le cas des races de animaux. La distinction fondamentale entre la marijuana et le chanvre se résume à leur composant psychoactif : le THC ou tétrahydrocannabinol. En général, le chanvre a un taux de THC de 0,3 % ou moins, ce qui signifie que les produits fabriqués à partir de chanvre ne peuvent pas vous faire ressentir le high associé à la marijuana.

Le  CBD n’est que l’un des nombreux composés, appelés cannabinoïdes, présents dans le cannabis. Ils interagissent avec des récepteurs qui gèrent une variété de fonctions corporelles, telles que l’appétit, la dépression, l’anxiété et la sensation de douleur. Le tétrahydrocannabinol est également un cannabinoïde.

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, des preuves anecdotiques et des études cliniques indiquent que le CBD permet de traiter efficacement l’épilepsie. Certains suggèrent également que cette substance peut contribuer au soulagement de la douleur ou de l’anxiété, sans toutefois que cette hypothèse ait été scientifiquement prouvée. La marijuana, qui contient du CBD et plus de THC que le chanvre, peut potentiellement guérir les personnes souffrant de nausées, d’épilepsie, de glaucome et de sclérose en plaques. Certaines recherches préliminaires ont également suggéré qu’elle pourrait aider les personnes dépendantes des opioïdes.

La recherche dans le domaine de la marijuana médicale peut contribuer à faire progresser les traitements, mais la loi fédérale la restreint sévèrement. En effet, le cannabis est classé par les autorités compétentes comme une substance de drogue, ce qui signifie un traitement controversé du cannabis, qui n’a aucune utilité thérapeutique reconnue et offre un haut degré d’abus. Bien que les mécanismes sous-jacents ne soient pas entièrement compris, on pense que le CBD interagit avec d’autres cannabinoïdes notamment le THC pour offrir les avantages thérapeutiques supplémentaires de la marijuana.

Le CBD et son statut juridique

Avec la légalisation généralisée du CBD, de nombreuses industries doivent maintenant faire face à de nouveaux défis. En France, les entreprises qui vendent des produits à base de CBD ont été confrontées à des litiges juridiques. Il existe une loi européenne qui régit le commerce entre les États membres et au sein des pays, et qui stipule que les produits légalement fabriqués dans un pays ne peuvent pas être interdits par un autre. Les produits à base de CBD relèvent de cette directive.

En 2020, la Cour de justice de l’Union européenne a jugé que toute tentative d’interdire les fleurs de CBD allait à l’encontre des principes généraux de l’Union européenne. Par conséquent, la production et la vente de CBD sont désormais légalement acceptables tant qu’elles contiennent 0,3 % de THC ou moins pour être considérées comme autorisées (récemment, 0,2 % en France). Les personnes qui cherchent et fournissent un accès à ces traitements médicaux alternatifs n’ont donc plus à craindre des sanctions arbitraires pour avoir respecté la réglementation en vigueur.

La décision récente a créé un environnement plus stable pour les entreprises de CBD dans toute l’Europe comme 321CBD par exemple, qui propose un vaste choix de fleurs de CBD, et a réduit la confusion que les entrepreneurs en herbe peuvent avoir lorsqu’ils naviguent dans ces lois complexes. Cela souligne l’importance d’être à jour avec les réglementations actuelles afin que les individus puissent éviter tout impact négatif sur leurs activités. En conséquence, toutes les parties concernées bénéficient désormais d’une plus grande clarté et sécurité lorsqu’elles traitent des produits dérivés du chanvre en France et dans d’autres parties de l’Europe.

Jusqu’à présent, l’État français a adopté une approche prudente à l’égard du CBD et d’autres produits issus de la culture du chanvre ; une attitude qui a suscité la confusion chez les utilisateurs de CBD qui ne pensent pas qu’il présente un risque. Cette position est également partagée par la Cour de justice de l’Union européenne. Selon cette juridiction, les pays membres de l’UE ne peuvent pas se contenter d’interdire des substances produites localement sans apporter la preuve des risques pour la santé publique liés à ces substances. Pour que la France puisse imposer une quelconque restriction future sur le CBD ou ses dérivés, elle doit compiler suffisamment de données scientifiques pour prouver qu’il existe un risque réel avant de prendre une décision. Bien que cela puisse sembler une tâche ardue, la recherche sur le cannabidiol est menée depuis 1963 et aucune étude majeure n’a démontré de manière concluante un danger potentiel. Jusqu’à présent, les preuves disponibles indiquent largement que les produits à base de chanvre peuvent être consommés en toute sécurité avec une absence minimale ou totale de facteurs de risque.

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire

1 × deux =

@2023 - Ma maison ma santé : Santé, maison, écologie et environnement